Surveillance et préservation d’un lieu sinistré

lieu sinistré par un incendieLors d’un sinistre et après l’intervention des services de secours, le bien privé ou professionnel se retrouve ouvert aux quatre vents. Belle aubaine pour les délinquants de tous poils, mais aussi pour des voisins qui à l’image des habitants des côtes à naufrages des siècles passés, viennent récupérer « naturellement des choses qui de toutes les manières sont perdues ».

Et bien non ! Les « choses » même sinistrées ne sont pas perdues et conservent toujours leur propriétaire.

Pour autant celui-ci doit impérativement les mettre à l’abri des convoitises, en faisant procéder à leur fermeture si cela est possible, ou dans l’attente à leur gardiennage.

Les différents types de sinistres

Lorsque l’on parle de sinistre, cela évoque pour la plupart des gens un incendie. Or d’autres événements dramatiques peuvent être concernés, qui vont laisser le bien à la convoitise de tous.

L’ensemble de ces situations peut concerner un domicile principal, une résidence secondaire, un local à usage professionnel, mais aussi un yacht amarré à un quai ou un camion de marchandise ayant versé sur le bas-coté d’un chemin d’accès à un chantier.

Préserver ce qui peut encore l’être

Faire surveiller un bien sinistré a deux finalités.

Une forte capacité de dissuasion

Lorsque après la découverte d’un sinistre, l’on fait appel à une entreprise de gardiennage, celle-ci va dépêcher sur place un agent de surveillance si la superficie sinistrée est faible, ou si un seul accès est à protéger. Par contre sur des chantiers (terme employé dans le milieu des secours et de la sécurité pour désigner un lieu d’intervention) étendu, c’est une équipe de deux ou trois agents avec un maitre-chien qui vont opérer. Ce dernier est tout particulièrement efficace dans son rôle de dissuasion.

D’autre part peuvent aussi être mis en œuvre des moyens techniques et portables de détection. Un point important à souligner, est la nécessité de clôturer dès que possible les issues laissées libres. Par exemple lors d’un bris de vitrine dans un magasin, il est impératif de procéder à sa fermeture par des planches voire même une simple bâche ou des cartonnages pour limiter l’impact visuel et diminuer les tentations.

Une clause de plus en plus incluse dans les contrats d’assurance

Proposée assez souvent dans les contrats d’assurance aux particuliers, la clause gardiennage et clôture d’un bien sinistré l’est quasi systématiquement dans le cadre professionnel. Certaines compagnies l’imposent même dans leurs contrats. Ce à juste raison, car cela protège l’outil de travail, mais aussi diminue pour la compagnie les remboursements éventuels en cas de pillage du bien. Concrètement lors de la découverte d’un sinistre, l’on appelle le numéro d’urgence de la compagnie. Celle-ci va immédiatement envoyer d’une part une société de gardiennage avec qui elle est en relation, ainsi qu’une entreprise pour clôturer la zone sinistrée. Ceux-ci 24 h sur 24 et 365 jours par an.

Être victime d’un sinistre à titre privé comme professionnel est déjà une épreuve dont on se passerait volontiers. Mais avoir la certitude d’être aidé et soutenu pour préserver ce qui peut encore l’être, est un réconfort qui permet de se projeter déjà dans le futur.

 Obtenez immédiatement 3 à 5 devis de gardiennage. 100 % Gratuit !